Le sang en plus, la niaiserie en moins – 5 films d’horreur pour Noël

par | Déc 10, 2019 | Dossier | 0 commentaires

Ah les fêtes de fin d’année ! La période où tout le monde se retrouve en famille et où une joie indescriptible enveloppe le doux foyer… Mais aussi merveilleux que cela puisse paraître, il ne faudra bien sûr pas longtemps à votre oncle raciste pour glisser quelques phrases haineuses entre deux coupes de champagne et encore moins à votre petite sœur pour faire une overdose de sucreries et hurler dans toutes les pièces en se cognant la tête contre les murs. Et alors, c’est le drame : le beau papier peint fraîchement installé par votre maman est maintenant recouvert de sang et voilà qu’elle se tranche les veines devant tout le monde, chose qu’elle rêvait de faire depuis s’être fait piétiner par les mégères en furie lors du Black Friday. Ce à quoi votre grand-mère ne manque pas de réagir par une crise cardiaque et votre cousine par un jet de vomit au foie gras atterrissant tout droit sur le chapon sorti du four.

Alors, avant que le cauchemar ne s’installe dans votre maison, quoi de mieux que de se caler dans un bon canapé pour regarder le calvaire des autres ? Voici donc un petit cru cinématographique idéal pour les fêtes, qui prend bien soin d’éviter les classiques évidents (Black Christmas, Gremlins, Silen Night Deadly Night…). Alors si, entre un Love Actually et un The Holliday il vous prend l’envie de glisser dans le lecteur vidéo familial l’un des 5 titres ci-dessous, promesse est faite que le pain d’épice n’aura jamais été aussi épicé. Ici, les cris de joie des enfants se transforment en cris de douleur, les petits bonhommes en pain d’épice nous sautent au visage pour nous égorger et même notre bon vieux Santa vire psychopathe sanguinaire. Une chose est sûre : vous ne verrez plus jamais Noël de la même façon. 

 

1. The Children – Tom Shankland – 2008 (Royaume-Uni)

Une famille se réunie dans une maison de campagne pour célébrer les fêtes de fin d’année. Tout va bien dans le meilleur des mondes, même si quelques tensions sous-jacentes ne tarderons pas à surgir en furie dés que la terreur frappera le foyer. Car quand la douce progéniture mute doucement en tueurs sociopathes et développe un besoin irrépressible de tripaille, la fête tourne vite au cauchemar. Les films d’enfants possédés, il y en a eu, mais rare sont ceux qui sont allés aussi loin que The Children lorsqu’il s’agit de zigouiller du bambin à l’écran (en légitime défense bien entendu). Après avoir prit le temps de planter son décors et ses personnages, le film de Tom Shankland se transforme en un joyeux massacre très frontal et généreux en effet gore. Et comme en plus le cinéaste se permet d’emballer le tout avec un discours bien senti sur les névrose adultes et les non-dits familiaux, on ne va pas bouder son plaisir. Y’a pas à dire, l’infanticide, pendant les fêtes, y’a rien de tel !

2. Christmas Evil (You Better Watch Out) – Lewis Jackson – 1980 (USA)

Second et dernier film du réalisateur Lewis Jackson, Christmas Evil se pose à mi-chemin entre le slasher et le thriller psychologique avec un pitch absolument génial : un homme obsédé par le Père Noël compte bien punir tous ceux qui n’ont pas été sage à ses yeux. Par « obsédé » comprenez « à se coller la barbe du Père Noël à la superglue sur le visage » et par « punir » entendez « assassiner sauvagement ». Brandon Maggart est formidable dans ce rôle d’âme esseulée que l’humiliation quotidienne de ses semblables va pousser à bout. Persuadé que la bonté humaine n’existe plus en ce bas monde gangrené par la sur-consommation et le capitalisme, il compte bien faire rentrer l’esprit de Noël dans la tête de ses concitoyens à l’aide de grands coups de hache dans la gueule. À période désespérée, mesures désespérées.

3. Krampus – Michael Dougherty – 2015 (USA)

L’ouverture de Krampus a cela de géniale qu’elle contient déjà toute l’essence symbolique du film : des familles entières se foutent sur la gueule dans un immense magasin pour se goinfrer des meilleures affaires. Et alors que les mains de ménagères blasées tendent leurs cartes bleues aux caissières, l’on se dit que l’esprit de Noël est définitivement mort au pied de l’autel du capitalisme. Dans cette société où fêtes de fin d’année riment avec pouvoir d’achat, ce n’est pas le Père Noël qui va rendre visite à la famille Engel mais Krampus, son penchant maléfique. Méfiance dés lors aux cadeaux déposés sous le sapin, ils pourraient bien contenir vos pires cauchemars. Se réclamant de tout un pan du cinéma des 80s, l’œuvre de Joe Dante en tête, Krampus est un véritable monster show à l’ancienne, animatroniques et SFX à l’appui. Drôle, effrayant et généreux, ce superbe ride horrifique laissera tomber son dernier flocon acide lors d’une conclusion apte à vous hanter jusqu’à Noël prochain. (dispo sur Netflix)

4. Anna and the Apocalypse – John McPhail- 2018 (Royaume-Uni)

Adolescente en manque d’évasion, Anna ne s’épanouit pas vraiment dans sa petite vie de lycéenne de banlieue. Mais en plus des regards accusateurs d’un père sur-protecteur et du harcèlement d’un ex à la masculinité toxique, voilà qu’elle se voit devoir affronter une armée de cadavres ambulants. Un High School Musical avec des zombies ? Vous en rêviez, les anglais l’ont fait ! Alors que la production horrifique zombiesque pullule de films interchangeables aussi inventifs que le seul neurone restant d’un mort-vivant, Anna and the Apocalypse apporte suffisamment de sang neuf au genre pour mériter le coup d’œil. En plus de rythmer ses démembrements à coups de chansons jamais reloues (et même carrément entraînantes pour certaines !), John McPhail tire avec humour sur une société contaminée par l’image et les réseaux sociaux. À cette période de l’année où il est plus important que jamais de se déconnecter de nos smartphones pour être ensemble, quoi de mieux qu’une petite apocalypse pour rapprocher les âmes ?

5. Watch Out (Better Watch Out) – Chris Peckover – 2017 (USA)

Si l’on vous paye pour faire du baby-sitting, assurer la sécurité de la marmaille en question est une règle d’or. Sauf que quand une étrange silhouette tente de pénétrer dans la demeure pour y zigouiller ses occupants, la tâche devient vite corsée. Home invasion particulièrement malin et pervers, Watch Out est un délice de chaque instant porté par un jeune casting absolument parfait. Le réalisateur Chris Peckover se régale à jouer avec les codes du genre via un script aussi ingénieux que méchant, dosant à merveille suspens, terreur et humour. Je vous le cache pas, c’est mon petit chouchou de la sélection.